EFFETS SECONDAIRES,

BENEFICES ET RISQUES

Doctor Diagnosis
​Évaluation du rapport bénéfice/risque

La chiropraxie est internationalement reconnue pour la sécurité des soins prodigués par les chiropracteurs diplômés. Elle compte parmi les traitements non-invasifs les plus efficaces pour venir à bout des douleurs neuromusculosquelettiques.

 

Tout acte de soin présente cependant un risque que le professionnel est formé à évaluer afin d’en minimiser tant la gravité que la fréquence. La probabilité que se produise un événement indésirable fait partie des éléments que le chiropracteur prend en compte pour évaluer la pertinence d’un acte : il compare le risque au bénéfice attendu pour la santé du patient.

Le traitement par manipulation vertébrale ou articulaire peut entraîner des troubles bénins tels des douleurs générales ou locales pouvant durer de quelques heures à trois jours ; des courbatures, une gêne passagère au niveau de la zone traitée, une grande fatigue, ou encore des manifestations de type œdème, hématome ou ecchymose.

Une aggravation de la lésion avec douleurs difficile à supporter, une fracture de côte ou de vertèbre, une sciatique compliquée, voire une névralgie cervico-brachiale (avec ou sans atteinte d’un nerf) sont rapportés parmi les risques modérés.

Selon certaines publications médicales,des cas d’accidents vasculaires cérébraux pourraient être liés à une manipulation du rachis cervical. Selon d’autres publications, il n’y aurait pas de lien entre les deux. Ce risque serait exceptionnel, de l’ordre de 8 cas sur un million. Néanmoins, le lien de causalité n’a jamais été établi avec certitude par la littérature et il est probable que dans la majorité des cas rapportés, l’accident vasculaire cérébral ait été en cours de constitution avant la séance et à l’origine des symptômes qui vous ont amené à consulter.

Pour cette raison, il est possible que votre chiropracteur vous oriente vers votre médecin traitant ou un radiologue pour que celui-ci vous prescrive et réalise un examen avant toute manipulation du rachis cervical.

Doivent également être signalés un risque de syndrome de la queue de cheval entraînant des troubles ou une paralysie des sphincters (très rare), voire une paralysie d’une jambe ou des deux ainsi qu’un risque de myélopathie par compression de la moelle épinière (excessivement rare).

Il convient, pour appréhender la justesse du recours à la chiropraxie, de l’envisager au regard de votre état de santé et des risques associés aux alternatives thérapeutiques (médication, chirurgie) existantes pour les mêmes pathologies. Votre chiropracteur est à votre écoute pour évaluer le rapport bénéfices/risques des traitements qui vous sont proposés.

 

Le chiropracteur ajustera sa prise en charge selon le motif de consultation et l’état connu du malade. Il est donc important de ne rien cacher de votre historique médical et de votre consommation médicamenteuse (contraception, anti-coagulants, chimiothérapie...). D’autres consommations doivent également lui être signifiées (tabac, alcool, stupéfiants).

Votre chiropracteur est un professionnel de confiance. Ce dernier est soumis au secret médical. N’hésitez pas à lui poser vos questions, à lui manifester vos réserves et inquiétudes avant de vous engager dans le traitement chiropratique.

Après la séance, en cas de doute sur les effets post-traitements, vous êtes invité à contacter votre chiropracteur ou si celui-ci n’est pas disponible, votre médecin traitant ou les urgences via le 15 (voire les pompiers via le 18).

 

 

Effets secondaires connus

Les risques liés aux actes de manipulations sont évalués par le chiropracteur afin d’en minimiser tant la gravité que la fréquence. La probabilité que se produise un événement indésirable fait partie des éléments que le professionnel prend en compte pour évaluer la pertinence d’un acte ou diagnostic : il compare le risque au bénéfice attendu pour la santé du patient auquel il apporte l’information utile à un consentement éclairé.

 

Tout comme les alternatives médicales, chirurgicales ou non, proposées en réponses aux affections prises en charge par la chiropraxie, les manipulations peuvent entraîner des effets ou des événements indésirables.

 Les risques connus sont classés en trois niveaux :

Effets secondaires bénins et passager

 

Ces réactions apparaissent au cours des heures suivant le traitement. Elles sont de courte durée, pouvant aller de 2 à 3 jours. Elles se manifestent par: 

  • Une sensation de fatigue générale, baisse du tonus postural
  • Une augmentation des douleurs qui avaient conduit à consulter le chiropracteur

  • Des sensations de courbatures 

  • Des sensations de gêne à différents endroits du corps même éloignés de l’endroit traité qui sont le signe des compensations et modifications posturales en cours

  • Des oedèmes, hématomes, ecchymoses (si troubles de la coagulation)

Risques significatifs de fréquence modérée

  • Fracture de côte et ses conséquences, ou de vertèbre avec risque de conséquences neurologiques 

  • Sciatique compliquée (sur hernie discale ou pas), paralysie des muscles de la jambe ou du pied, perturbations sensitives.

  • Névralgie cervico-brachiale (sur hernie discale ou pas) entrainant douleur du bras ou avant-bras et de la main, compliquée de paralysie des muscles, et de perturbation de la sensibilité

  • Aggravation des lésions avec des douleurs intolérables (hyperalgie)

Les accidents graves exceptionnels

  • Accidents vasculaires ayant pour conséquence: tétraplégie ou paraplégie (paralysie des quatre membres ou de deux membres), ou hémiplégie en particulier en cas de manipulation d'une vertèbre cervicale concomitante à une dissection artérielle en cours ( 8 cas sur 1 million)

  • Syndrome de la queue de cheval qui entraîne des troubles ou une paralysie des sphincters.

 

Il est difficile de donner un pourcentage exact de ces complications. Ces informations ont pour objectif de vous informer et d'éclairer vos connaissances en regard du traitement, des effets secondaires les plus courants et des complications exceptionnelles, voire inconnues, qui sont toujours susceptibles de se produire sans pouvoir parfois les prévenir.

sources: Association Française de Chiropraxie, 2021